ARBITRAGE

L’arbitrage par Guy Pelletier

ex instructeur mondial d'arbitrage, arbitre mondial et ex entraîneur national.


1 Le règlement.

L’arbitre est chargé de faire appliquer le règlement, il possède le devoir et toute l’autorité pour diriger le combat d’après ce règlement.

L’arbitre doit avoir une bonne compréhension du règlement ainsi que tout ce qui se trouve à l’arrière plan de celui ci avec le plan de «l ‘ esprit» en particulier, afin que l’arbitre puisse en faire une interprétation et une application correcte.

Le règlement stipule, qu’en cas de situation non prévue par celui ci, les arbitres grâce à leur connaissance approfondie et à leur compréhension de l’esprit du règlement pourront régler une telle situation.

Le règlement d ’ arbitrage de judo contient des articles régissant les combattants mais également les taches des arbitres.

2 Expérience de la compétition et de l’ arbitrage

Il est capital pour un arbitre d’avoir une expérience réelle des compétitions pour appliquer correctement les règles. Cette expérience lui permet de prévoir les mouvements et les déplacements que vont effectuer les combattants et de prendre les mesures d’arbitrage appropriées.

Il est bon que l’arbitre étudie avant le combat les mouvements spéciaux et le caractère des combattants.

Il est souhaitable qu’il connaisse la stratégie des combats par équipe.

Le fait, pour l’arbitre, d’avoir une expérience de la compétition ne garantit pas une équité absolue, mais s’il n’a pas cette expérience, il lui manquera la capacité de juger de façon précise certains éléments du combat car cette capacité ne peut provenir uniquement des connaissances théoriques.

Il est donc primordiale que l’arbitre est accumulé une grande expérience de la compétition et des ficelles de celle-ci.

3 Le facteur humain

Il faut que l’arbitre demeure équitable et honnête. Il doit éviter toute action qui soulèvera les doutes des entraîneurs, des combattants ou du public quant à son équité. Il ne doit pas abuser de ses droits d’arbitre en montrant du parti-pris.

Si l’arbitre est embarrassé au moment de prendre une décision, dans ce cas le devoir de l’arbitre est de rendre une décision conforme à l’esprit du judo en fonction de ce qu’il a vu, en montrant du courage sans se laisser influencer par le tapage fait par les combattants, les entraîneurs ou le public.

Le rôle de l’arbitre n’est pas simplement de dévoiler les infractions aux règles, il doit faire preuve d’autorité sans être tyrannique et sanctionner dans une attitude cordiale. On ne eut espérer un beau combat si l’arbitre inspire de la peur où de l’hostilité au combattant, par contre il doit être directif surtout pour les compétitions de jeunes.

4 Conduite a tenir par l’arbitre

1°) L’arbitre qui a été choisi pour une compétition doit étudier le règlement précis de celle-ci, arriver sur les lieux en temps voulu avec la tenue qui a été choisi.

2°) L’arbitre doit assister consciencieusement aux réunions prévues avant la compétition destinées à préparer celle-ci.

3°) L’arbitre doit s’abstenir avant la compétition de porter un jugement sur la technique des combattants, de leurs entraîneurs ou de faire une prévision sur l’issue du combat. Il y a beaucoup de cas ou ceci est mal interprété.

4°) L’arbitre doit prononcer un jugement juste et équitable avec courage sans se laisser influencer par le public ou les entraîneurs. En cas de doute il doit consulter les juges arbitres.

5°) L’arbitre doit essayer d'être le plus équitable et sincère possible. Si il prend une décision erronée , il faut absolument que l’arbitre évite, pour essayer de contre balancer sa décision, d’avantager ou de désavantager l’adversaire lors d’une occasion suivante. Ceci reviendrait en effet à prononcer deux fois de suite une décision erronée et l’on ne peut vraiment pas dire que ce soit conforme à l’équité.

6°) Quelque soit la situation l’arbitre doit garder son calme, ne pas prononcer de paroles inconsidérées aux combattants, au public ou aux entraîneurs et ne pas afficher une attitude qui irait dans ce sens.

7°) Si pour une raison ou pour une autre le combat tourne à la confusion, l’arbitre doit tout de suite arrêter le combat et prendre les mesures nécessaires sans gaspiller de temps.

8°) L’arbitre ne doit pas demeurer toujours immobile à la même place ou au contraire bouger sans arrêt en gênant les combattants ou se mettre dans le champs de vision des juges arbitres. L’arbitre doit se placer à l’endroit où il pourra le mieux suivre les mouvements des combattants.

9°) La façon de juger de l’arbitre doit demeurer constante, il ne doit pas au milieu de la compétition devenir sévère ou au contraire indulgent. L’arbitre doit absolument éviter de se montrer indulgent envers le combattant le plus faible pour rendre le combat plus intéressant.

10°) Dés que le combat est fini, l ’arbitre doit quitter sa place d’arbitre. Il ne doit pas discuter avec le public, les combattants où les entraîneurs du combat qui vient de se dérouler. Expliquer sa décision afin d’essayer de la justifier, la comparer aux opinions des autres aboutit à ce que tout le monde soit froissé. De la même façon, il ne faut pas qu'après le combat, l’arbitre demande aux entraîneurs ce qu’ils pensent de son jugement. Il pourra le faire, si nécessaire, quelques jours plus tard.

Bien sur, il est toujours souhaitable que les arbitres discutent toujours entre eux des problèmes d’arbitrage.

11°) L’arbitre principal doit indiquer clairement sa décision en joignant le geste et la parole. L’arbitre doit se concentrer sur le combat dont il a la charge sans se laisser distraire par les autres combats et ne pas se tromper lorsqu’il lève le drapeau final.
 

Retour Sommaire